Artothèque de l’Arantelle

Du 19 octobre au 26 novembre
Médiathèque de Nieuil l’Espoir
entrée libre
le mardi de 15h à 18h, le mercredi de 10h à 12h et de 15h à 19h,
le jeudi de 10h à 12h, le vendredi de 15h à 18h et le samedi de 10h à 12h

Depuis 17 ans l’Arantelle acquiert une ou plusieurs œuvres des artistes exposant pendant le festival. Pour faire vivre ce fond artistique et le partager, une artothèque a été créée et ces œuvres peuvent être empruntées comme on emprunte un livre à la médiathèque ! L’exposition retrace non seulement ces 17 ans d’acquisition mais montre également la manière qu’ont les artistes de jouer avec les formes et les couleurs, de s’affranchir des conventions… de nous surprendre!

Expo Artotheque

avec les oeuvres de Claude Pasquet, Pascal Audin, Xavier Jallais, Marie-Anne Briskmann, Gilles Toquoy, Benoit Hapiot, Laurence Ory, Franck Chalard, Cyril Desmet, Cécile Dachary, Evelyne Chascal, Adèle Husson-Toquoy, Denis Fontaine, Martine Hoyas et Annie Brunetot.

 

vernissage le jeudi 19 octobre à 18h30 avec performance de comédiens.

Publicités

Dominique Bordier

Exposition photo
du 11 au 26 novembre
salle polyvalente de la Villedieu du Clain.
Entrée libre.
du mercredi au dimanche de 15h à 18h
Vernissage le samedi 11 novembre à 18h

Cette série en cours, intitulée #Kertészsousleau, est un travail photographique en couleurs dont l’outil de prises de vues est principalement et simplement le smartphone. Toutes les photographies sont réalisées sous l’eau et sont diffusées au fur et à mesure sur les réseaux sociaux. Ces images font référence au travail du célèbre photographe hongrois André Kertész intitulé Distorsions. Il utilisait alors des miroirs déformants récupérés à la foire du Trône pour restituer une imagerie déformée de modèles. L’eau joue ici le rôle des miroirs déformants. #Kertészsousleau propose une vision de modèles et (ou) de paysages modulés par ce prisme aquatique.

bordier5

https://www.instagram.com/dominique_bordier/

facebook.com/dominique.bordier

Des ateliers pour les enfants des écoles de Roches Prémarie Andillé et la Villedieu du Clain leur permettront de découvrir le travail de Dominique Bordier. Le vernissage de ces travaux aura lieu le jeudi 23 novembre à 18h30.

D’Art D’Ar

La métamorphose de Narcisse
du 11 au 26 novembre
salle polyvalente de la Villedieu du Clain.
Entrée libre.
du mercredi au dimanche de 15h à 18h
Vernissage le samedi 11 novembre à 18h

Narcisse est un chasseur de la mythologie d’une grande beauté. Alors qu’il se désaltère dans une eau limpide, il contemple son reflet et en tombe amoureux. Saisi, il devient prisonnier de l’image renvoyée et des larmes coulent alors de son visage troublant la surface de l’eau. En 1937, Salvador Dali s’inspire de ce mythe d’Ovide et peint un tableau s’intitulant “la métamorphose de Narcisse”.

La section D’art d’Ar de l’Arantelle en a fait le titre de son exposition et propose son regard sur cet instant, le moment où l’image initiale disparaît, se transforme, l’instant où elle passe d’un état à un autre dans une mue nécessaire.

d-Art-d-Ar

La Dame De Compagnie « Faut S’Tenir »

Vendredi 16 novembre – 20h30
Théâtre- Tout public
La Passerelle – Nouaillé Maupertuis – 13 et 9 €
Une co réalisation des festivals « A l’Auberge de la Grand’Route » et « l’Arantelle »

Faut S'Tenir

À l’issue des représentations de La Part Égale je recueille, depuis des années, de manière informelle les témoignages d’hommes et de femmes du public et des membres d’associations d’accompagnement de personnes ayant subi des violences.
Je me suis aperçue que les victimes avaient en commun le fait de se sentir coupable de ce qui leur était arrivé. Ce constat, profondément choquant, m’a fait prendre conscience de l’importance que prend la culpabilité dans les relations humaines.
Mon envie et mon besoin d’écriture sont de comprendre et de mettre en lumière comment intervient le sentiment de culpabilité dans le phénomène de la manipulation psychologique :
Comment cela se fait-il que des victimes portent la faute au lieu de porter plainte ? Et les coupables au regard de loi, vivant en toute impunité, en ont-ils conscience ?
Et comment raconter cela avec humour et sensibilité ?
Un prisme personnel
J’ai toujours écrit, dans des cahiers silencieux.
Depuis La Part Egale, sortie du plus profond de moi, l’écriture prend une place nouvelle dans mon fonctionnement, c’est une vraie nécessité de mettre en mot, pour moi tout d’abord, pour comprendre, être témoin de ma propre évolution. Et pour les autres à qui je fais écho lorsque je m’incarne en porte-voix.
Cette fois, j’assume donc une parole directe sur scène, sans personnage-bouclier, en prenant appui dans ma vie, car je découvre que l’Intime et le Politique sont finalement liés.
« Je suis coupable d’être une femme, descendante d’Eve la tentatrice !
Je suis aussi comédienne et donc coupable de ne pas faire un vrai métier puisque je m’amuse…
Est-ce qu’on s’amuse vraiment lorsqu’ on s’entend dire « combien tu prends » ? »
C’est cela que je raconte, un parcours de vie, avec ses étapes mal digérées, de celles qui construisent un individu. Une prise de parole comme une bouchée qu’on mâche et qui semble impossible à avaler.
« Finis ton assiette ! Tu penses aux petits africains qui meurent de faim ?! »
Ça commence par savoir se tenir à table à la cantine scolaire ou savoir tenir sa langue face à l’autorité de la Blouse Blanche ; d’anecdotes du magasin coop de Mamie Jeannine en passant par Les mystérieuses Cités d’or, le dessin animé des années 90 : Il sera question de nourriture, de sexe, de consommation, de longueur de jupe, de manipulation, de croyance, de plaisir, de morale et de moral !
Alors je raconte avec un « je » qui est celui de l’artiste que je suis :
Une narratrice, une conteuse d’histoires personnelles et parfois d’indicible.
Et lorsque les mots manquent, c’est le corps qui prend le relais.

 

 

 

 

 

« Une balle entre nous » zigomatiks

Dimanche 12 novembre – 15h et 17h
Jonglerie Humour – Tout public
La Passerelle – Nouaillé Maupertuis – 5€ hors invitations APE
Une co-production entre les APE de Smarves et de Roches-Prémarie-Andillé et l’Arantelle

2 personnages, tout de noir vêtus, viennent occuper les lieux. 2 jongleurs aux (faux) airs sévères vont échanger leurs balles, quilles et diabolos.

zigomatiks(credit daniel margreth)

Clowns échappées d’un film de Buster Keaton, leur complicité se transforme vite en bataille rangée…et tous les coups sont permis !

Autant de prétextes pour montrer qu’il vaut mieux s’entendre et travailler ensemble plutôt que de se réfugier dans l’individualisme.

Sur une trame musicale et de manière entièrement muette, « Une balle entre nous » se pose comme un instant de détente pour vous faire rêver devant des tours de passe-passe complices pour votre plus grand plaisir !

zigomatiks-daniel margreth (1)

www.leszigomatiks.com/